Le monde entier est un cactus… il est impossible de s’assoir…. lalalalalalala

1. Copacabana 2. Isla del Sol 3. La Paz 4. Tupiza 5. Sud Lipez 6. Uyuni 7. Salar d’Uyuni

Des photos ? Une vidéo ?

    Si tu veux savoir ce qu’il s’est passé lors de notre première étape en Bolivie, je t’invite à cliquer . On part vers La Paz avec un bus assez rustique. 3h30 plus tard, nous arrivons sur les « routes de l’impossible », on traverse des torrents, toutes les rues de la périphérie de La Paz sont en travaux et étant donné qu’il a beaucoup plu ces derniers temps, c’est l’aventure… On finit par s’arrêter devant le terminal de bus et on descend. Le chauffeur nous dit « ah mais vous descendez là ? » On s’étonne de sa question mais nous, on cherche un bus pour Tupiza donc descendre au terminal de bus c’est assez logique ! Nous entrons dans le bâtiment et il n’y a rien pour Tupiza. Renseignements pris, nous ne sommes pas au bon terminal !

    Je cours vers un taxi, enfin une bagnole que j’arrête et je monte à l’intérieur. Une fois dedans, le conducteur enlève sa pancarte « taxi »… heu… c’est-à-dire… Monsieur Analysator me fait remarquer que je me suis précipitée, que ce n’est peut-être pas un vrai taxi. Après tout ce qu’on a lu sur le sujet, je ne me suis pas méfiée… Bon et bien maintenant qu’on y est, il ne reste plus qu’à espérer ! On finit par arriver au bon terminal, enfin quand je dis « terminal », en fait, c’est une rue pleine d’agences où on te vend des billets et où on prend des bus ! Bref, c’est le bordel !

    En faisant notre marché à billets, on comprend que l’on a deux possibilités, soit on part ce soir pour un voyage de nuit et on arrive demain matin à Tupiza, soit on part demain matin et on arrive le soir à destination. Que faire ? Nous décidons d’aller visiter en express La Paz et de voir si on reste un jour de plus  sachant qu’on est un peu juste dans notre itinéraire ! Nous prenons un taxi qui nous mène dans le centre ville. Il se trouve que notre terminal n’est pas tout proche et il s’avère que la ville est très encombrée ! En résumé, il est 17h, le bus du soir est à 20h, on se retrouve dans les embouteillages de la ville et les minutes défilent comme des secondes… mais nous, on y va quand même, à l’ancienne ! Du coup, quand on voit le trafic, l’heure qui tourne et en plus on a faim… et bien je peux te dire que dans le taxi il y a un silence de mort et l’atmosphère devient très tendue !

    Donc, première mission dès qu’on arrive dans le centre : trouver à manger !!!!!
    Ensuite, on prend une photo de l’Iglesia San Francisco et pour finir on cherche un taxi pour retourner à notre terminal de bus El Alto ! Ca, c’est de la visite en profondeur… no comment !

    Oui mais voilà, ce terminal étant relativement loin, tous les taxis ne veulent à y aller ! La pression monte et celle-là elle ne se boit pas ! On finit par en trouver un et nous revoilà dans la rue des bus. Le nôtre part à 20h… enfin, ça c’est la théorie car en Bolivie pour qu’un bus parte il faut qu’il soit plein… donc ça peut prendre du temps. Nous partirons donc à 21h pour 13h de route dans des fauteuils, certes confortables mais qui ne s’allongent pas ! Que du bonheur !

    Le bus démarre et là c’est la discothèque, musique à fond, M. Analysator commence à grogner, je sens que ça va être drôle ! Heureusement, un papy excédé se met à hurler et la musique cesse…. mais c’est pas fini ! On enchaîne avec un film du genre baston à l’américaine hyper intellectuel, tu te doutes… Un deuxième film s’enclenche, et au bout de 10 minutes, je me rends compte que c’est la même histoire que le premier mais avec des acteurs différents ! et comme on dit jamais 2 sans 3 ! On a droit à un 3ème film avec la même histoire et de nouveaux acteurs !
    Ah, je sens que tu t’interroges, tu te demandes pourquoi j’ai regardé ça ? ET BEH, C’EST QUE J’AVAIS ENVIE DE PISSER !!!!!!!! que les toilettes du bus étaient HS, qu’à chaque fois que je descendais du bus dans la nuit noire, j’étais la seule nana et comme en plus on était les 2 seuls gringos, j’ai eu peur d’aller dans la nature avec tous ces gars…. oui tu peux me traiter de trouillarde, tu as le droit car je savais au fond de moi que je ne risquais rien mais quand tu as peur, tu as peur ! Conclusion : je n’ai pas fermer l’oeil de la nuit !

    Au petit matin, alors que j’avais perdu tout espoir de vider ma vessie avant notre arrivée à Tupiza, le chauffeur nous dit qu’il s’arrête pour une pause pipi, je cours avec une bolivienne qui, visiblement est dans la même galère que moi. Une fois à l’extérieur, non seulement il n’y a pas de toilettes mais en plus il n’y a même pas de quoi se cacher ! On se donne du courage mutuellement et on trouve une herbe à lama un peu plus haute que les autres. Je me dépoile, je m’accroupis et ça pique ! je me suis assise sur le seul mini cactus du coin ! Mais c’est une blague ! Je pisse quand même, j’ai trop envie !

    Une fois à Tupiza, c’est l’effervescence et la ville est fermée à la circulation… et oui, c’est le Dakar ! On profite du spectacle !
    On trouve l’agence que l’on avait repérée avant notre départ pour aller passer quelques jours dans le Sud Lipez et le Salar d’Uyuni. Dès qu’on entre dans l’agence et que la dame commence ses explications, on est interpelé par 2 français qui cherche 2 compagnons de route pour partager un 4×4 qui partirait le lendemain. On check le trajet sur 4 jours et 3 nuits et c’est exactement ce qu’on voulait faire. Donc banco, on partira demain à 7h30.

    Il est temps d’aller se restaurer et du temps, il va en falloir, une heure pour avoir un plat de pâtes ! Ce voyage m’aura, au moins, appris la patience. Nous faisons quelques emplettes pour notre périple de 4 jours et puis nous allons retirer de l’argent car durant notre excursion, nous aurons besoin de quelques bolivianos ! On se met en quête d’un distributeur, et là c’est le drame, ils sont tous soit fermés soit ne fonctionnant pas ! L’angoisse monte, surtout la mienne, on finit par en trouver un avec une queue interminable. On attend, on attend. Arrive notre tour, mon chéri essaie avec sa carte mais comme c’est une Mastercard, ça ne marche pas !
    Je prends donc le relais avec ma Visa et rien ne se passe ! La loose ! On ressort dans la rue et on se demande bien comment on va faire… Il est 19h et la nuit tombe. On fouille nos fonds de poche à la recherche de la moindre « roupie » et on trouve quelques solès péruviens, on les change, c’est toujours ça de pris mais ce ne sera pas suffisant ! On décide de retourner au distributeur car c’est le seul qui fonctionne à Tupiza. En fait, on a un doute sur notre choix sur l’écran car il n’est qu’en anglais et en espagnol. On se dit qu’on va essayer toutes les propositions. Nous refaisons donc la queue pendant 30 minutes. Je mets ma carte et il y a 50 propositions… oui bon 3 en fait et on les essaie ! Victoire, il nous crache de la tune ! On est vraiment des boulets…

    Nous allons nous coucher en pensant à tout ce qu’on va découvrir pendant les 4 prochains jours, le Sud Lipez, le Salar d’Uyuni… bref… est ce que ça va nous plaire ? Comment ça va se passer ? mais ça c’est une autre histoire…