Welcome in Iran ! épisode 3

1. Teheran 2. Shiraz 3. Firuz Abad 4. Persepolis 5. Pasargades 6. Abarkuk 7. Yazd 8. Chak Chak 9. Nain 10. Ispahan 11. Abyaneh 12. Kashan 13. Qom


Des photos ?

    Avril 2016

    C’est la suite mais pas la fin ! Si tu veux voir la première et deuxième partie, c’est ici et ici.

    Aujourd’hui, nous quittons la région de Yazd pour aller à Ispahan, le clou du spectacle.

    Après un arrêt à Nain, dans une Mosquée du 10ème siècle, nous arrivons à Ispahan où nous avons quartier libre jusqu’au soir. Avec Michel et Monsieur Analysator, nous décidons d’aller sur la fameuse place de l’Imam. En marchant, nous nous rendons compte que c’est loin. Je décide alors de téléphoner à notre guide pour lui dire que nous nous rejoignons directement au lieu du rdv du soir sans repasser par l’hôtel. Elle me donne rdv à la Mosquée du Vendredi à 19h30, je lui fais répéter deux fois car elle parle un français approximatif. Cette Mosquée ne se trouve pas sur la Place de l’Imam. Donc après avoir un peu traîné sur cette place, nous allons au lieu de rdv. 19h45, personne, je l’appelle et elle me dit qu’avec le groupe elle est devant cette mosquée mais on ne se voit pas. En fait, elle me soutient que cette mosquée est sur la place de l’Imam, ce qui est faux ! panneaux de signalisation, guides touristiques, passants, autochtones, commerçants à l’appui. Nous courrons donc vers la Mosquée qui est en fait la Mosquée de l’Imam sur la grande place ! Heureusement que notre guide est d’Ispahan ! L’arrivée sur place est glaciale, je pense que si certaines vieilleries de notre groupe avaient pu nous lapider sur la place publique, elles l’auraient fait ! Bref, tout ça pour aller dans un restau dégueu en plus ! De retour à l’hôtel, notre trio de choc repart ! direction un pont ancien qui est le rdv des Ispahis. Ils viennent y picniquer, blaguer, chanter, fumer du narguilé, c’est un vrai lieu de convivialité ! Je me fais alpaguer par une famille du coin qui parle très bien l’anglais. Ils me demandent comment l’Iran est perçu à l’étranger, qu’ils voudraient venir visiter la France et si la Tour Eiffel est aussi belle en vrai qu’en photo. Ils m’expliquent que sortir de leur pays est très compliqué. Je prends conscience que nous avons bien de la chance et que la liberté n’a pas de prix.

    En ce deuxième jour à Ispahan, nous explorons plus en détail la ville, enfin ! Nous retournons sur la place de l’Imam. Cette place a vraiment des proportions parfaites ! D’abord, nous entrons dans la Mosquée de l’Imam qui a deux entrées car pour préserver à la fois la forme rectangulaire de la place et la direction de la Mecque, il y a donc l’entrée principale alignée au reste de la place et l’entrée aux salles de prière qui n’est pas parallèle à la première pour respecter la direction de la Mecque. Bon, dis comme ça c’est pas très clair mais je ne sais pas comment l’expliquer mieux… Nous enchaînons par la Mosquée Cheikh Lotfôllah (mosquée des femmes) pour finir par le Palais d’Ali Kapu. Il y a, au dernier étage de ce palais un salon de musique étonnant. Tu verras dans les photos.

    A l’issue du déjeuner, nous avons l’après-midi libre. Avec mes 2 acolytes, nous allons au quartier arménien en passant par un pont ancien différent de celui de la veille. En le traversant, nous constatons que les Ispahis font du pédalo sur le fleuve, oui forcément parce-que faire du pédalo sur un pont c’est plus compliqué ! Bref… La douceur de vivre de cette ville est évidente. Le quartier arménien est très différent du reste de la ville, il y règne une atmosphère de village. Nous visitons la cathédrale Vank ou Saint Sauveur. Elle est étonnante, il y a, à la fois, un clocher et une coupole de type islamique, l’intérieur est finement décoré par de nombreuses fresques.

    Après une flânerie dans les rues et la visite d’une petite église (Eglise de Bethléem), nous décidons de tester le bus ! Un bus s’arrête devant, Michel et moi montons à l’intérieur, M. Analysator nous suit en criant : « mais on sait pas où il va » ! De toute façon, même si on avait essayé de comprendre, je pense qu’on y aurait passé trois plombes pour rien… alors ! Maintenant qu’on y est, on y reste. Au moment de m’installer dans le bus, je constate que les hommes sont devant et les femmes derrière. Je suis donc priée de m’installer à l’arrière. Encore une inégalité… Je me retrouve au milieu d’un groupe d’étudiantes venus de Téhéran pour visiter Ispahan. Et on blague… en même temps, entre femmes, on a toujours un truc à se raconter… Nous arrivons à proximité de la place de l’Imam, c’est là qu’on voulait aller, on a eu du nez…heu non, de la chance, simplement ! Nous baguenaudons devant la Mosquée de l’Imam et pas du vendredi, donc ! Nous choisissons quelques cartes et nous nous apercevons que la légende d’une carte avec la photo de la Mosquée de l’Imam indique la Mosquée du Vendredi comme nous le disait la guide… il faut mener l’enquête… On trouve finalement un gars pour nous expliquer : En fait, la prière du vendredi se faisant habituellement dans cette Mosquée, il est d’usage de l’appeler ainsi… Voilà le fin mot de l’histoire. La morale de l’histoire, c’est qu’on aurait dû rester avec le groupe, voilà…

    Depuis le début du voyage, je remarque des regards féminins insistants sur mon chéri. Les iraniennes viennent d’ailleurs lui parler régulièrement : « – you’re american ? – no, french (parce-qu’il leur répond en plus !) – Ah ! Paris ! » Et moi je suis là, à côté, comme une bestiasse…

    Exemple n°36 (oui il a été très sollicité !) : nous sommes devant la mosquée du vendredi, de l’imam, on ne sait plus. M. Analysator est assis et moi je marche devant et là, 4 jeunes demoiselles s’approchent de lui, d’un pas hésitant, se mettent à discuter et lui demandent de faire un selfie. Tu me connais, je suis l’affaire de loin en fourbe en restant très attentive. Une fois la photo prise, je crie : « he’s my husband ! » Les nanas sursautent, sont effrayées, s’excusent 15 fois ! C’est qui la boss, non mais ! Je les rassure quand même en leur disant que je blague…ou pas, elles sont soulagées… Je vais continuer de surveiller.

    C’est le dernier jour à Ispahan, nous visitons le palais des 40 colonnes. Nous sommes les premiers à y entrer, tout est calme jusqu’à ce que des écolières débarquent en criant « hello, hello, hello ! » Un vrai poulailler ! j’adore. A la sortie du Palais, les mêmes gamines qui picniquent nous invitent, veulent faire des photos, nous offrent des chips, des pop corn… La maîtresse est débordée ! Du coup, j’en rajoute une couche, j’engraine les petites. C’est comique ! En faisant le tour du Parc avec mon chéri, au bout d’une bonne demi-heure, je me rends compte que j’ai oublié ma besace avec les gamines… Dans ce sac, j’ai toute ma vie, portefeuille, papiers, portables,… je cours en me disant que si jamais elles sont parties, je suis foutue, bizarrement je n’ai jamais pensé à un quelconque vol… Finalement, je les retrouve avec ma besace à côté, tranquilles…

    Maintenant il est temps de visiter la VRAIE mosquée du vendredi, nous l’avons déjà vu du coup mais bon c’est pas grave. Après le déjeuner, nous sommes à nouveau libres. Avec mes 2 compères, nous rentrons à l’hôtel pour chercher quelques affaires car ce soir, nous passons la fin d’après-midi et la soirée au Pont Kaju, un pont ancien. Les berges du fleuve sont très animées, les enfants y jouent, les femmes boivent du thé et mangent des gâteaux. Nous admirons le coucher du soleil sur le pont. Une fois la nuit tombée, les hommes se mettent à chanter car pour les femmes c’est interdit… On peut vraiment parler d’un lieu de vie. Nous assistons à une arrestation d’un des chanteurs qui a eu le malheur de créer un rassemblement autour de lui du fait de ses chants et comme tout rassemblement est interdit, il se fait embarquer. Ca nous rappelle que malgré la tranquillité que nous vivons depuis plus de 10 jours, il y a beaucoup de règles et d’interdits que les iraniens doivent subir !

    Nous achetons des kebabs et des frites que nous mangeons au bord du fleuve en admirant ce pont. En nous promenant sur la berge, il y a de nombreux loueurs de chichas. Nous décidons d’en louer une à l’amande qui est très bonne, on se dit que c’est notre dernière occasion car à partir de demain, nous allons aller dans une région plus « religieuse ». Des jeunes nous abordent, nous prennent en photo, veulent des photos avec nous, on se prête au jeu ! Il y en a un qui est particulièrement tactile avec moi, mais ça va, ce n’est pas malsain et surtout pour une fois que ce n’est pas M. Analysator qui se fait draguer, j’en profite ! Nous rentrons en taxi, notre séjour à Ispahan s’est terminé en beauté.

    Comme je te l’ai dit précédemment, demain nous abordons la dernière partie (que tu peux voir ici) de notre voyage dans une région où la religion y est plus « présente » mais ça c’est une autre histoire…

     

    2 réponses à “Welcome in Iran ! épisode 3”

    1. Eliza dit :

      pas touche à Monsieur Analysator, c’est ton husband, non mais….. quelles délurées, ces femmes, tout de même, de grandes débridées…..